Sélectionner une page

CVA 294 : PRENDRE SOIN DES AUTRES (4)

Lecture Act 21 : 1-6.

1) L’ACCOMPAGNEMENT FRATERNEL.

– Lors des précédentes méditations, nous avons vu ensemble le soutien et le secours apportés fraternellement à Paul dans des conditions difficiles voir périlleuses pour lui. Act 9 : 1-19; 14 : 19-20. Ici, l’apôtre n’est pas exposé à des problèmes particuliers. Cependant, la communion des frères et sœurs est manifestée de façon appuyée. Act 21 : 5-6.
– Ainsi, la présence et l’accompagnement dans un contexte de foi et d’amour sont utiles et précieux en période de crise. Ils sont néanmoins indispensables même en l’absence d’épreuves car ils contribuent au renforcement les liens, des affinités et favorisent un climat de compassion.
Verset 5 : “Tous nous accompagnèrent“. Le texte met en évidence l’unité des disciples entre eux pour accompagner l’équipe missionnaire et la motivation de faire bloc autour d’elle. Il est important pour l’ensemble des croyants de se sentir concerné par la vie de l’assemblée. L’Eglise est invitée à rechercher et à favoriser l’unité comme le peuple de Dieu dans l’Ancien Testament au sujet duquel il est précisé qu’il se mobilisait comme “un seul homme“. 1 Sam 11 : 7; Néh 8 : 1. Cela doit se traduire par une participation active dans les domaines suivants : programme des réunions, culte, prière, implication dans un ministère, soutien financier, disponibilité, volonté de développer les partages fraternels.
– Les femmes et les enfants étaient présents. Le Seigneur veut sauver des familles entières, et non pas seulement quelques individus. Il est pour cela essentiel de favoriser et de privilégier un climat spirituel dans les maisonnées afin que les parents grandissent dans leur communion avec Jésus et que les enfants Le rencontrent et marchent avec Lui. Act 16 : 31.
– Il convient de rappeler que l’éducation des jeunes au niveau de la foi est premièrement la responsabilité des parents avant d’être celle des moniteurs et monitrices ou encadrants. Il est nécessaire de trouver un équilibre entre l’intransigeance, la sévérité excessive (présence à toutes les réunions imposée, obligation systématique pour l’enfant de prier…) et une trop grande liberté accordée au jeune qui décide finalement de l’éducation religieuse à la place des parents. Prov 22 : 6; 23 : 13-14. De plus, les enfants et les jeunes doivent savoir que s’ils sont les adultes de demain, ils sont l’Eglise d’aujourd’hui et qu’ils sont invités à y participer selon leurs possibilités (prières, projets…)
Verset 6 : Les disciples ont accompagné Paul et son équipe, ils leur ont manifesté leur affection fraternelle, leur soutien puis ils se sont séparés. Un des sens du verbe “accompagner” est le suivant : “laisser partir, en donnant le nécessaire pour un voyage“. L’apôtre et ses frères ont certainement bénéficié de largesses et de gestes de générosité sur un plan matériel et financier avant de s’embarquer. Prendre soins les uns des autres inclus cette dimension de libéralité vis à vis du prochain et de l’église. Deut 15 : 10; 1 Chro 29 : 9; Act 4 : 32-35. 2 Cor 8 : 1-5; 9 : 6-9.
– De plus, bien que liés et unis par l’amour et des sentiments d’affection très forts, ils les ont laissés partir. Cela rejoint la réflexion de la semaine dernière selon laquelle accompagner une personne ne signifie pas s’imposer dans sa vie mais nécessite de savoir discerner les limites du soutien à apporter. Pour les croyants qui manifestent du soutien et de la présence afin d’être en bénédiction pour les autres, il est important de faire preuve de prudence et de respect afin de ne pas s’accaparer les gens sous prétexte qu’ils sont aidés. Agir efficacement en faveur de quelqu’un ne donne pas des droits sur lui. Le but final réside dans l’amélioration de la condition de l’ami, son autonomie et son épanouissement complet.
Dans le cadre de la vie communautaire, il est important de rechercher et de privilégier des temps de communion fraternelle. Cependant, il est normal de considérer qu’il y a également des moments où il est bienséant et nécessaire pour chacun de suivre son propre chemin. Des gens trop souvent les uns chez les autres ou se téléphonant systématiquement dépassent les limites de l’équilibre relationnel. Une relation fusionnelle et exclusive est un véritable danger créant par la suite des malaises, des frustrations et finalement un rejet. Prov 25 : 16-17.
– Certaines familles vivent dans ce déséquilibre : présence, influence, proximité excessives des parents vis à vis des enfants (la réciproque est également vraie) Gen 2 : 24. Ces travers peuvent s’insérer dans l’église. Prendre soin les uns des autres nécessite absolument de se prémunire contre ces risques pour éviter les dérapages afin de rester dans l’équilibre sage de ce que Dieu souhaite.

2) LA VALORISATION DES AUTRES. 1 Thes 3 : 6-8.

– Paul a été consolé au milieu d’épreuves terribles par des nouvelles encourageantes concernant la bonne santé spirituelle des Thessaloniciens. Timothée a effectué un rapport extrêmement positif suite à sa visite dans cette église. Cela ne signifie pas qu’elle était une assemblée parfaite.
– A l’opposé, des échanges négatifs peuvent se développer entre croyants : critiques, calomnies, reproches mais aussi plaintes régulières, accent mis sur les malheurs, les problèmes, les contrariétés. Des enfants de Dieu s’isolent et font le vide autour d’eux (tout en accusant les autres) car ils ne reconnaissent pas à leur juste valeur l’aide, l’implication dans la prière, l’affection de leur entourage. Ils focalisent sur ce qu’ils ne reçoivent pas et ne savent pas apprécier correctement ce dont ils bénéficient. De telles attitudes créent du découragement chez les chrétiens bien disposés à secourir.
– Paul s’est employé activement à la croissance de l’église de Thessalonique. Ses sacrifices ont été nombreux. Il avait besoin d’être encouragé et de savoir si son investissement spirituel avait porté du fruit. Il a été consolé dans ses afflictions par l’annonce de la foi et de l’amour de l’assemblée qu’il a créée. Prendre soin des autres coûte, demande de la consécration et des efforts. C’est pourquoi il est important de mettre en avant les qualités de ceux qui se donnent pour soutenir, encourager, tendre la main. Ceux qui bénéficient d’un témoignage d’affection fraternelle de la part d’un frère ou d’une sœur consacrés devraient les honorer et exprimer leur reconnaissance. Eph 4 : 29; Col 3 : 15.
– Prendre soin des autres signifie les valoriser, reconnaître leurs qualités, leur valeur en tant que personne humaine, leurs compétences en tant que serviteurs et servantes. Jésus a fait l’éloge à plusieurs reprises de ses interlocuteurs et n’a pas été avare dans ses compliments. Mat 8 : 10; 15 : 28; 16 : 17;
Marc 12 : 41-44; Luc 7 : 36-48.

3) ONESIPHORE. 2 Tim 1 : 16-18.

– Onésiphore signifie : “Qui apporte un avantage“. Quelle différence avec Phygelle et Hermogène, dont les noms veulent dire : “fugitif, qui fuit le terrain“pour le premier, et “engendré par Hermès, le dieu de la sagesse humaine” pour le second. En effet, comme Phygelle, un croyant peut fuir quand il s’agit d’être disponible pour apporter une aide concrète aux autres. On peut effectivement renoncer à faire un détour en voiture pour conduire des biens-aimés à l’assemblée, ne pas se sentir concerné par le ménage de la salle, ne pas se soucier des frères et sœurs et ne jamais s’enquérir de leur santé.
– Comme Hermogène, il est possible de se réfugier dans la sagesse humaine qui est particulièrement habile pour trouver des excuses afin de ne pas s’impliquer concrètement dans l’entr’aide fraternelle (manque de temps, autres priorités, présence des enfants dont il faut s’occuper, loisirs…) Il est préférable de s’inspirer du bon exemple d’Onésiphore qui a manifesté beaucoup de qualités.
Verset 16 : Il a été un instrument de consolation pour Paul. Celle-ci peut être témoignée de différentes façons : présence, conseil, gestes amicaux et affectueux, appel téléphonique, visite…
– Il n’a pas eu honte de la condition de l’apôtre qui était prisonnier. Plusieurs barrières freinent ou limitent la communion fraternelle : handicap physique, déficience psychologique, couleur de la peau, situation sociale, dépendance du tabac, de l’alcool du prochain. A cause de ces éléments, une retenue et un sentiment de honte peuvent être ressentis intérieurement chez ceux qui veulent tendre la main. Ils peuvent alors éprouver de la réticence à aider. L’amour est pleinement manifesté quand le disciple passe par-dessus ces critères pour accepter l’autre tel qu’il est. Jean 13 : 34.
Verset 17 : Il a cherché Paul avec empressement et l’a trouvé. Vouloir être en bénédiction pour l’entourage nécessite de la persévérance, de la persistance, de la détermination, du zèle. Quand de tels sentiments sont manifestés, le Seigneur bénit et donne du résultat au soutien apporté.
Verset 18 : Onésiphore ne s’est pas contenté de projets, de réflexions, de paroles, mais il a agi de façon effective, tangible, et cela s’est traduit par des services rendus. La compassion et la miséricorde dans le soutien mutuel sous-entendent des actions et une mise en pratique de la bonne volonté. Pour qu’une disposition de cœur agréable à Dieu soit efficace, elle doit être suivie d’effets concrets. Marc 1 : 40-42;
Héb 13 : 15-16; 1 Jean 3 : 18.
– Désirer servir le Seigneur consiste à servir des hommes et des femmes. Quels que soient les ministères dans l’église, ils doivent être vus comme des moyens de s’offrir à Jésus et de se mettre à disposition du prochain. Cela nécessite d’accepter les défauts, les défaillances, les points négatifs des autres, leurs traits de caractère qui suscitent de l’agacement et de l’irritation. Servir Dieu correctement implique de composer avec ces éléments dans l’amour, la paix, le pardon, la bienveillance, la tolérance. Cela demande également de l’humilité pour considérer ses propres péchés et admettre qu’on n’est pas meilleur que les frères et sœurs. Nbres 18 : 6; Jos 1 :1; 24 : 29; 1 Rois 19 : 21; Gal 5 : 13; Philémon 11.
– Sommes-nous entrés dans cette dimension de la communion fraternelle qui consiste à s’accueillir les uns les autres, à se faire grâce puis à se donner à son prochain ?

Philippe Landrevie

 

Poster un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Evandis Gospel TV

Découvrir

COMMENTAIRES RECENTS

ABONNEZ-VOUS

Faire un don

En tant qu’association cultuelle Loi 1905, Evandis est habilitée à recevoir des dons et legs et à délivrer des reçus fiscaux à ses donateurs.

En France, votre don en faveur de l’association Evandis est déductible de vos impôts, 66 % des sommes versées dans la limite de 20 % de vos revenus imposables.

Vous pouvez nous faire un don par Paypal, par virement bancaire et par chèque.

Faire un don
ut elit. neque. justo nec id Donec commodo risus eleifend