Sélectionner une page

CVA 266 : ELIE (2)

Lecture : 1 Rois 17 : 1-16.

1) LE CONTEXTE D’ELIE.

– Elie a vécu à une époque de profond malaise spirituel car le peuple d’Israël et son roi Achab vivaient loin des voies de Dieu. La grande majorité des hébreux associaient à leur croyance religieuse des pratiques idolâtres contraires à leur vocation. Leur cœur était partagé entre l’observation de la loi de l’Eternel et une façon de vivre contraire Sa volonté. 1 Rois 18 : 21.
– Achab était un souverain dont le règne a été marqué par l’éloignement du Seigneur. 1 Rois 16 : 30-33. De plus, les conditions économiques étaient particulièrement rudes : sécheresse, famine entraînant désolation, désespoir, angoisse. 1 Rois 17 : 1; 7; 12.
– De façon similaire, la France, malgré toutes ses ressources et ses innombrables richesses, connaît une grande sécheresse sur un plan spirituel. La très grande majorité des gens sont dans la famine, affamés de joie, de paix, de justice, de repos qui leur sont inaccessibles. Nos contemporains vivent dans l’indifférence et le rejet des choses de Jésus. Comme au temps d’Elie, leur priorité n’est pas de rechercher la vie d’en haut. Les cœurs sont secs, les vies arides.
– De plus, le prophète a ressenti un profond sentiment de solitude. Il se croyait totalement seul à vivre par la foi. 1 Rois 19 : 10. Aujourd’hui, de nombreux disciples sont également isolés car leur contexte familial, professionnel, géographique n’est pas favorable à l’évangile.
– Chaque chrétien souhaite bénéficier des meilleures conditions pour exprimer sa foi. On est impressionné lorsqu’on entend des témoignages d’œuvres de Dieu remarquables et puissantes dans plusieurs régions du monde. Le Seigneur agit de façon glorieuse par des guérisons, des résurrections, des miracles. Cependant, il est essentiel d’avoir à l’esprit que ces interventions divines pour attirer, sauver les perdus et conduire à la croissance de l’Eglise ont souvent lieu dans des contextes difficiles : crise économique grave, famine, guerre civile, persécution, maladie, oppression ténébreuse…
– Ainsi, des croyants peuvent être tentés de baisser les bras dans le domaine de la foi, de se relâcher, de vivoter ou de subir les événements avec un esprit de fatalité.

2) LES EXPERIENCES D’ELIE.

– Nous devons garder en tête que tout ce qui suit s’est déroulé dans un contexte défavorable, hostile, difficile et certainement douloureux pour le prophète. Cependant, malgré ces réalités, le Seigneur a conduit Elie à faire des expériences extraordinaires.

a) Kérith.

– Le Seigneur a dirigé Elie dans un lieu où il a pu subvenir à ses besoins. 1 Rois 17 : 6. La bible affirme et les témoignages confirment la fidélité de Dieu, Sa réponse au pourvoi des nécessités vitales, Son secours, Sa présence dans les situations de disette. Ps 46 : 2; 94 : 17-19; 1 Cor 10 : 13; 2 Tim 4 : 16-17.
Dans un contexte de famine et de sécheresse, le Seigneur a alimenté Son serviteur avec du pain, de la viande et de l’eau. Ainsi, Jésus souhaite rafraîchir les chrétiens par le moyen de la Parole et de l’action vivifiante du Saint-Esprit qui sont les symboles de l’eau dans les Ecritures. Jean 3 : 5; 7 : 37-39. Au milieu de l’aridité spirituelle, chaque disciple est invité à se désaltérer auprès de Son Sauveur. Es 44 : 3; Jean 4 : 14; 7 : 37. Cela se produit lorsque le croyant cherche le Père de tout son cœur dans la prière qui revêt plusieurs aspects (louange, adoration, remerciements, intercession, silence), mais aussi au travers de la communion fraternelle. Act 2 : 42.
– De plus, le Seigneur s’est présenté comme étant le pain de vie et a invité Ses auditeurs à manger de Sa chair. Mat 4 : 4; Jean 6 : 47-58. En effet, la foi se fortifie par la persévérance dans la lecture et la méditation de la Parole. Dans le passage de Jean, le Fils de Dieu décrit l’identification à Sa mort et à Sa résurrection. Jésus est mort sur la croix pour le pardon des péchés et pour que chaque être humain devienne une nouvelle créature. Il est ressuscité pour établir dans une position de justice parfaite les croyants.
Néanmoins, pour que l’œuvre du salut soit complète, il est nécessaire que le nouveau converti meure lui aussi à la croix en renonçant à sa propre vie, en abandonnant ses désirs de diriger, de dominer, de contrôler son existence. Il lui incombe de choisir de confier et de soumettre cette-dernière à la souveraineté de Dieu. Dans ces conditions, lorsque le Saint-Esprit a la liberté d’agir dans un cœur, la vie de résurrection de Jésus se manifeste et se développe.
– Elie avait à sa disposition de la nourriture 2 fois par jour et de l’eau en permanence. 1 Rois 17 : 6 Ceci nous montre l’importance de nous alimenter sur un plan spirituel tous les jours. Des questions méritent d’être posées : avons-nous personnellement à cœur de nous placer devant Dieu le plus souvent possible ? Avons-nous intégré dans notre emploi du temps surchargé des moments de communion avec Jésus ? La recherche de la face de Dieu fait-elle partie de nos priorités ? Ps 36 : 8-10; 37 : 4.

b) Sarepta.

– Au bout d’un certain temps, le torrent s’est retrouvé à sec. L’orientation du prophète vers Sarepta démontre que le Seigneur a toujours une solution pour Ses enfants. Il n’est jamais pris au dépourvu, dépassé par les circonstances ou à court de ressources. Il s’est glorifié en agissant d’une certaine manière à Kérith. Par la suite, Dieu va intervenir par un autre moyen dans la vie d’Elie. 1 Rois 17 : 15-16.
– Dans ces 2 situations, il convient de relever le caractère miraculeux des modes d’action divins. Le disciple doit s’attendre de la part du Seigneur à des opérations étonnantes, surprenantes qui dépassent le cadre de la raison et de l’entendement humain. Il ne s’agit pas de courir après le surnaturel mais de demeurer dans la foi et dans la communion avec Jésus en s’attendant à des manifestations puissantes de Sa grâce. Mat 13 : 58; Marc 6 : 5-6; 2 Chro 20 : 12; Daniel 3 : 16-18; Act 12 : 6; 27 : 25
– Ces 2 expériences ne se sont pas déroulées dans un contexte spirituel favorable ou de réveil. Malgré cela, Elie n’a pas été abandonné par l’Eternel et a vu Sa gloire dans sa vie. L’Eglise soupire après des temps de visitation de l’Esprit comparables à ceux du livre des Actes. Néanmoins, il s’agit d’apprécier et de ne pas minimiser les interventions réelles du Seigneur dans Son assemblée car des conversions ont lieu, des cœurs sont touchés, des progrès spirituels sont vécus, des victoires sont remportées, des œuvres divines sont manifestées.
– Il est donc essentiel, tout en s’attendant à des actions plus nombreuses et plus fréquentes du Saint-Esprit, de considérer que tous les disciples sont appelés à faire leurs propres expériences avec le Seigneur même dans un climat de famine et de sécheresse spirituelle. D’autres hommes ont vécu ce principe : Noé au milieu d’une génération perverse et corrompue : Gen 6-9; Daniel parmi un peuple idôlatre orienté vers des divinités; Gédéon pendant la domination de Madian : Juges 6-9; Jérémie et Ezéchiel en captivité à Babylone.
– L’histoire d’Elie révèle son obéissance et sa soumission. En effet, le prophète a obtempéré à toutes les indications communiquées par l’Eternel. 1 Rois 17 : 2-3; 5; 8-10. Chacun est invité à écouter la Parole pour y obéir et la mettre en pratique. Deut 26 : 14; 1 Sam 15 : 22; Heb 5 : 8; Jac 1 : 22.
– Cependant, on peut obéir sans être soumis, par obligation, par force, par contrainte avec du ressentiment, de l’amertume, de l’aigreur dans le cœur. La vie d’un authentique disciple de Jésus se caractérise par la docilité. L’obéissance est un acte, la soumission est une attitude, un état d’esprit. Dans l’Eglise, Dieu ne cherche pas des gens seulement obéissants, mais des personnes également soumises à Son égard et vis à vis des autres. Eph 5 : 21; Jac 4 : 7.

3) LA PREPARATION DE L’AVENIR.

– La situation spirituelle difficile de notre pays peut être appréhendée de 2 façons différentes. Soit on la vit avec fatalisme, découragement, sans aucun espoir de changement positif et sans attente par rapport à l’avenir. Soit on considère le contexte présent comme un défi à relever. Celui-ci consiste à être déterminé pour placer Jésus au centre de toutes choses. C’est aussi un challenge pour croître dans la foi sur un plan individuel comme collectif, pour s’engager entièrement aux côtés du Seigneur, pour Le servir avec ses dons et ses capacités, pour avoir à cœur le témoignage de l’évangile, pour faire des progrès dans tous les domaines de la vie avec Dieu.
– Etre fidèle à Jésus dans un climat de miracles et de manifestations surnaturelles courantes est une chose. D’ailleurs, beaucoup de personnes suivaient le Seigneur grâce aux prodiges; d’autres étaient motivés par la recherche de la satisfaction de leurs besoins. Jean 2 : 23-25; 6 : 26. Mais rester attaché au Créateur coûte que coûte même dans la disette est une preuve d’amour. Mat 19 : 27.
– Ces moments pénibles dans la vie d’Elie ont certainement forgé son caractère et lui ont été utiles pour sa maturité spirituelle. Par la suite, il a formé et entouré Elisée désigné comme son successeur. Elie n’a pas été frustré ni jaloux que son fidèle serviteur ait une forte ambition spirituelle. 2 Rois 2 : 9-10 (Ce-dernier a d’ailleurs accompli par la puissance divine 2 fois plus de miracles)
– Chaque chrétien est en formation à l’école de Dieu pour laisser le Saint-Esprit reproduire et développer la nature de Jésus en lui, mais aussi pour être utile à des œuvres préparées d’avance. Eph 2 : 8-10. Parmi ces réalisations, il peut y avoir l’investissement en amour, en temps, en conseil, en prières dans des frères et sœurs qui seront les instruments d’un réveil.
– Dieu nous accordera peut-être la grâce de vivre un véritable réveil. Mais il est possible que cet événement tant attendu par l’Eglise, car il sauvera des multitudes, se réalise dans la ou les générations futures.
– Elie a fait de remarquables expériences dans son désert et a préparé son successeur à de plus grandes œuvres. Il est primordial pour l’Eglise d’aujourd’hui de grandir et de se réjouir de la grâce de Dieu tout en s’investissant en pensant à l’avenir. Moïse et Josué; Paul et Timothée.

Philippe Landrevie

 

 

Poster un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Evandis Gospel TV

Découvrir

COMMENTAIRES RECENTS

ABONNEZ-VOUS

Faire un don

En tant qu’association cultuelle Loi 1905, Evandis est habilitée à recevoir des dons et legs et à délivrer des reçus fiscaux à ses donateurs.

En France, votre don en faveur de l’association Evandis est déductible de vos impôts, 66 % des sommes versées dans la limite de 20 % de vos revenus imposables.

Vous pouvez nous faire un don par Paypal, par virement bancaire et par chèque.

Faire un don
velit, ut porta. id libero felis