Lecture : 2 Tim. 3 : 1-17.

Libre adaptation d’après un message de Ray C.Stedman
Jésus dit : « Mais quiconque entend ces paroles que je dis, et ne les met pas en pratique, sera semblable à un homme insensé qui a bâti sa maison sur le sable.
La pluie est tombée, les torrents sont venus, les vents ont soufflé et ont battu cette maison, elle est tombée, et sa ruine a été grande. » Mat. 7 : 26
Il y a selon Jésus, un lien étroit entre l’autorité de la Parole dans nos vies et la solidité de notre existence.
« Quiconque entend ces paroles que je dis, et ne les met pas en pratique… Sa ruine a été grande ! »

1 –C’est ce que souligne l’apôtre Paul dans sa lettre à Timothée :

a / – « aimant le plaisir plus que Dieu, ayant l’apparence de la piété, mais reniant ce qui en fait la force… ces hommes s’opposent à la vérité, étant corrompus d’entendement, réprouvés en ce qui concerne la foi…. Mais ils ne feront pas de plus grands progrès; car leur folie sera manifeste pour tous »
Il est bien question ici d’hommes qui font profession d’avoir la foi… Que Timothée côtoyait, et à qui Paul dit : « Éloigne-toi de ces hommes-là. »

b / – Voilà des hommes chez qui la Parole de Dieu ne faisait plus autorité… Ils ont fait naufrage par rapport à la foi !

c / – Mais quelle est l’exhortation que Paul adresse à Timothée ?

• « Toi, demeure dans les choses que tu as apprises, et reconnues certaines, sachant de qui tu les as apprises, dès ton enfance, tu connais les saintes lettres, qui peuvent te rendre sage à salut par la foi en Jésus-Christ. Toute l’Écriture est inspirée de Dieu, et utile pour enseigner, pour convaincre, pour corriger, pour instruire dans la justice, afin que l’homme de Dieu soit accompli et propre à toute bonne oeuvre. »

d / – Après avoir développé le thème de la détérioration de la foi et de la chute morale, Paul oriente ensuite le croyant vers le remède, un attachement à la Parole écrite de Dieu.

• La défense du chrétien dans ces temps de déclin moral, c’est une connaissance sérieuse des Écritures.
• Un abandon de la foi est rendu possible par un abandon des Écritures.

2 – Pendant des siècles la Parole de Dieu, a été attaquée, tel un château fort:

a / – Jusqu’au 17ème siècle ces attaques été surtout extérieures. Les méthodes de destruction des Saintes Écritures étaient plutôt directes. L’histoire est pleine de Bibles brûlées, d’interdictions papales et même de meurtres de traducteurs de la Parole de Dieu.
Toutes ces attaques extérieures contre la Bible ont complètement échoué.

b / – Au 18ème siècle, les ennemis de la Bible firent une approche différente. Au lieu d’envoyer des soldats pour attaquer ce merveilleux château fort, ils ont envoyé des ouvriers, des charpentiers, des maçons qui ont offert de rénover toute la structure.
Ils ont dit, c’est une belle bâtisse, bien solide. Elle a seulement besoin d’être un peu modernisée par-ci par-là ! Quand ils ont fini la rénovation du château fort de la Parole de Dieu, il n’y avait plus de fossé, les murs avaient disparu, les portes enlevées, La forteresse n’en été plus une, et il n’y avait plus de défense pour ceux qui auraient voulu y trouver refuge.

c / – Jésus dit : Je bâtirai mon Église, et les portes du séjour des morts ne prévaudront point contre elle.

Ainsi, le Modernisme, la Haute Critique ou la Nouvelle Théologie, qui ont essayé de saper la foi dans les Saintes Écritures, n’ont pas réussi. « Ta Parole est la vérité ! »
Nous n’avons rien à craindre, aucune force ne renversera la Parole de Dieu !

d / – C’est surtout concernant l’individu lui-même que ces attaques risquent d’ébranler la foi…
C’est à ce sujet que Paul exhorte Timothée, son enfant dans la foi.

Voici quelques propositions qui doivent gouverner notre réflexion concernant l’autorité de l’Écriture dans ce 21ème siècle :

3 – Premièrement : En tant que chrétiens, nous n’avons pas le droit d’avoir une vue différente des Écritures que celle de Jésus :

a / – Si nous sommes chrétiens, cela signifie que nous avons pleinement accepté l’autorité de Jésus.
Si nous acceptons ce que la Bible dit sur Jésus, nous ne pouvons pas rejeter ce que Jésus dit sur les Écritures !

b / – Par exemple, les Écritures déclarent sur Jésus : « Le Fils est l’image du Dieu invisible. Il est avant toutes choses, et toutes choses subsistent en lui. En lui habite corporellement toute la plénitude de la divinité. En lui sont cachés tous les trésors de la sagesse et de la connaissance. »

• Vous ne pouvez pas dire, je crois cela, et dire ensuite, Jésus était dans l’erreur concernant Adam, Noé, Jonas et tout l’Ancien Testament !

c / – Ce serait une incohérence totale. Vous faites reposer votre destinée éternelle entre ses mains, mais vous ne pouvez pas le croire quand il parle de la création de l’homme, de la sainteté du mariage ou quand il condamne le péché de Sodome et Gomorrhe !

d / – Lisez les Evangiles et voyez que Jésus reconnaît l’autorité de l’Ancien Testament, et par anticipation celle du Nouveau. Parlant de l’Ancien Testament Jésus dit :

• « L’Écriture ne peut être anéantie. »

e / – Maintes fois il cite l’Ancien Testament, parfois les livres même que les savants mettent en doute. Mais notre Seigneur, lui, les reçoit comme inspirés. C’est avec cette Parole écrite qu’il fait face à l’ennemi dans la tentation du désert. (Et justement c’est en citant le livre du Deutéronome que la critique remet en question !)

f / – Puis il y a ce fameux passage de Luc 24, où Jésus, après sa résurrection reproche à ses disciples de n’avoir pas cru les Écritures !

• « Alors Jésus leur dit, O hommes sans intelligence, et dont le cœur est lent à croire tout ce qu’ont dit les prophètes! Ne fallait-il pas que le Christ souffre ces choses, et qu’il entre dans sa gloire? Et, commençant par Moïse et par tous les prophètes, il leur expliqua dans toutes les Écritures ce qui le concernait. » Luc 24 : 25

4 – Deuxièmement : En tant que chrétiens, nous n’avons pas le droit d’avoir une vue différente des Écritures que celle des apôtres :

a / – Comme notre Seigneur, les apôtres sont nos professeurs.
Dans leurs écrits, les apôtres se réclament de l’autorité du Seigneur. Ils font reposer leurs paroles avec vérité, sur l’autorité du Seigneur Jésus.

• Paul dit par ex. « Je vous ai enseigné avant tout, comme je l’avais aussi reçu… » 1Cor. 15 : 3
• Gal. 1 : 12 – « l’Évangile qui a été annoncé par moi n’est pas de l’homme; car je ne l’ai ni reçu ni appris d’un homme, mais par une révélation de Jésus-Christ. »

b / – Les apôtres étaient conscients, en écrivant, que les paroles qu’ils annonçaient, étaient les Paroles de Dieu.

1 Thes. 2 : 13 – « C’est pourquoi nous rendons continuellement grâces à Dieu de ce qu’en recevant la parole de Dieu, que nous vous avons fait entendre, vous l’avez reçue, non comme la parole des hommes, mais, ainsi qu’elle l’est véritablement, comme la parole de Dieu, qui agit en vous qui croyez. »

c / – L’apôtre Pierre dira dans cette étonnant passage de 2 Pie. 3 : 15
« Croyez que la patience de notre Seigneur est votre salut, comme notre bien-aimé frère Paul vous l’a aussi écrit, selon la sagesse qui lui a été donnée. C’est ce qu’il fait dans toutes les lettres, où il parle de ces choses, dans lesquelles il y a des points difficiles à comprendre, dont les personnes ignorantes et mal affermies tordent le sens, comme celui des autres Écritures, pour leur propre ruine. »
Pierre dit clairement qu’il acceptait les écrits de Paul comme étant l’Écriture.

5 – Troisièmement : Nous ne pénètrerons jamais les profondeurs de l’Écriture tant que nous ne l’acceptons pas, premièrement, comme véridique :

a / – Il faut d’abord croire en l’Écriture avant de la comprendre. Si nous passons notre temps à dire :

• « Est-ce que c’est authentique, est-ce que c’est vrai? Est-ce que c’est une insertion? Est-ce que c’est une légende? Est-ce que c’est un conte de fée? Est-ce que c’est quelque chose qui est uniquement la pensée des apôtres et n’a jamais été dans l’esprit de Christ ? »

b / – Dans ce cas-là, notre esprit n’est pas ouvert à la compréhension du message. Il y a blocage.
Si c’est là votre approche, vous n’arriverez jamais à demander, « Que me dit ici le Seigneur ? Quelle est sa signification ? Seigneur révèle-moi la sagesse dont j’ai tant besoin dans ma vie ! »

c / – Mais quand vous croyez que ce livre est de Dieu, alors comme dit Pro. 2 : 3 :

• « Oui, si tu appelles la sagesse, Et si tu élèves ta voix vers l’intelligence, Si tu la cherches comme l’argent, Si tu la poursuis comme un trésor, Alors tu comprendras la crainte de l’Éternel, Et tu trouveras la connaissance de Dieu. »

d / – La Bible est la Parole de Dieu !

6 – Quatrièmement : L’Écriture Sainte n’a pas besoin d’être défendu, mais être simplement annoncé :

a / – La phrase classique de Charles Spurgeon était : » La Bible est comme un lion. Qui a jamais entendu parler de défendre un lion? Laissez-le seulement en liberté, il se défendra ! »
Il en est de même de la Parole !

b / – Ce qu’il faut, c’est utiliser les Écritures. Si c’est la Parole de Dieu, elle se confirmera elle-même.
Elle aura en elle-même l’autorité.

• « Car la parole de Dieu est vivante et efficace, plus tranchante qu’une épée quelconque à deux tranchants, pénétrante jusqu’à partager âme et esprit, jointures et moelles; elle juge les sentiments et les pensées du cœur. Nulle créature n’est cachée devant lui, mais tout est nu et découvert aux yeux de celui à qui nous devons rendre compte. » Héb. 4 : 12

c / – 2 Tim. 4 : 2 – « Prêche la parole, insiste en toute occasion, favorable ou non, reprends, censure, exhorte, avec toute douceur et en instruisant. »

d / – Le choix qui nous est laissé en tant que chrétien, est très simple ; C’est toujours le même pour chaque génération :

• Soit nous acceptons la Bible comme étant la Parole de Dieu pour nous, la révélation de lui-même, son explication des affaires de la vie et de l’histoire humaine, ou :
• La seule autre alternative qui nous reste, c’est de faire reposer notre foi sur l’autorité complexe et sans cesse changeante de la connaissance humaine moderne et ses capacités.

e / – Le Fils de Dieu lui-même a dit :
» Car je suis venu non pour juger le monde, mais pour sauver le monde. Celui qui me rejette et qui ne reçoit pas mes paroles a son juge; la parole que j’ai annoncée, c’est elle qui le jugera au dernier jour. » Jean 12 : 47

Illustration :
Une jeune Fille Colombienne avait reçu un Nouveau Testament dans son école. Elle a lu le Nouveau Testament jusqu’au jour où son père l’a surprise en train de le lire…et il lui a dit de ne plus jamais le lire parce que c’était plein de mensonges et de bizarrerie..
Mais la fille a continué à lire jusqu’au jour où son père est arrivé à la maison de façon inattendue et l’a trouvé avec le NT, il l’a arraché de ses mains et l’a mis dans sa poche.
Le père est retourné à son lieu de travail où il était ingénieur des mines. Plusieurs heures après les sirènes ont retenti dans la communauté minière, il y avait eu un affaissement dans la mine. Le père a été piégé dans la mine. Les secouristes ont mis 5 jours pour arriver finalement là où étaient les hommes, mais c’était trop tard. Tous les 31 hommes sont morts y compris le père de cette petite fille
Curieusement, quand les ouvriers ont trouvé l’homme il tenait le NT entre ses mains, jointes en prière.
Quand ils ont ouvert la couverture du NT ils ont lu une note :
« À ma fille »
« Continue de lire ce NT, il est la vérité et c’est bien, et je te verrai un jour au ciel. »

Alors ils ont tourné au dos de la feuille et là, le père avait signé son engagement après avoir dit la prière du pécheur.
Mais ce n’était pas la fin de l’histoire,
Quand ils ont regardé à la page suivante, les 30 autres ouvriers avaient signé de leurs noms aussi !