Lecture : Jean 13 : 31-38.

Introduction :

Quelle note pensez-vous obtenir si vous passiez un examen pour savoir où vous en êtes concernant votre fidélité et votre consécration. Un examen qui permettrait d’évaluer réellement le niveau de votre spiritualité ?

En apparence, nous avons toujours l’impression qu’après tout, tout va très bien et que notre vie chrétienne n’est pas si mal que ça.
La plupart des gens quand on leur demande : « comment ça va ? » Répondent : « ça va très bien. »

Illustration :
On risque de faire comme cet homme qui s’était présenté au tribunal pour être entendu sur un accident dans lequel il avait été impliqué. Son bras était dans le plâtre, il avait des bandages par tout le corps, et les parties de son corps qui étaient visibles étaient passablement meurtries et râpées. Il était dans un triste état.
Plutôt surpris, le juge le questionne sur ses blessures. Il répondit, « Monsieur le Juge, je suis vraiment mal en point. J’ai des blessures et j’ai été recousu sur tout mon corps, je ne me sens pas bien du tout. »
Le Juge dit, « Je ne comprend pas ça. Le rapport de l’accident établi par l’officier, dit que qu’au moment de l’accident, vous lui avez répondu, « Tout va bien ! »
« Monsieur le Juge, » répondit l’homme, « laissez-moi vous expliquer. Je conduisais ma camionnette et je tirais une bétaillère. A l’arrière de ma camionnette il y avait mon vieux chien de berger, et ma mule était dans la bétaillère. Soudain, un semi-remorque m’a percuté et projeté hors de la route. »
« Ma camionnette et ma bétaillère ont fait plusieurs tonneaux, et nous nous sommes retrouvés en contrebas, contre un talus. La chose dont je me souviens ensuite, c’est un officier de police qui s’est frayé un passage à travers les épaves. Je l’ai vu s’arrêter et examiner ma mule, alors il a sorti son pistolet et tiré sur la mule entre les deux yeux. »
« Ensuite, il est allé là où mon chien était allongé, et après l’avoir examiné, il a tiré aussi sur mon vieux chien. Après il s’est dirigé vers moi et m’a demandé, « Comment allez-vous ? » Evidemment j’ai répondu, « Je vais bien ! »

Dans notre vie spirituelle, il se peut que les choses n’aillent pas forcément bien, même si, quand on nous demande, « Comment ça va ? » Nous répondons « Je vais bien ! »

1 –Existe-t-il un examen pour mesurer le niveau de notre engagement à Christ ?

a / – Justement, dans Jean 13 : 31-38, il semble que Jésus nous fournisse les marques du vrai disciple et aussi de quoi pouvoir mesurer notre niveau de spiritualité.

b / – C’est ici à la dernière nuit de Jésus avec ses apôtres avant la crucifixion. Ils sont tous ensemble dans la chambre haute.La soirée a commencé avec Jésus lavant les pieds de ses disciples, leur enseignant l’humilité. Ensuite ils commencèrent à manger, et pendant le repas, Jésus dit que l’un d’entre eux allait le trahir. Il s’ensuit un ensemble de questions et d’agitation, et à ce moment-là, Judas se retire…

c / – Ainsi dans ce texte que nous avons lu, Judas n’est plus là, il reste Jésus et les onze autres disciples.
C’est comme s’il y avait tout à coup une bouffée d’air frais dans cette chambre haute. Celui qui avait choisi le mal n’était plus là, Jésus va commencer à leur dire ce que c’est que d’être un vrai disciple. Il va partager avec eux les trois caractéristiques de ceux qui le suivent.

I – Désirer glorifier Dieu

Premièrement : Jésus leur montre qu’une marque du vrai disciple c’est le désir de glorifier Dieu :

a / – V. 31- » Lorsque Judas fut sorti, Jésus dit: Maintenant, le Fils de l’homme a été glorifié, et Dieu a été glorifié en lui. »
Jésus va être glorifié. Il est évident qu’il parle de sa propre crucifixion. Mais comment de la gloire peut survenir d’un tel événement ?

b / – Comment de la gloire pourrait être manifestée, alors que le Fils de Dieu serait cloué sur une croix sanglante ?
Comment de la gloire pourrait jaillir des souffrances, des douleurs et de la mort ?

c / – Il n’y a qu’une façon :

. Sur cette croix Jésus a vaincu Satan.
. Sur la croix il était le sacrifice qui nous rachète de nos péchés qui nous séparaient de Dieu.
. Sur la croix il bâtit un pont entre l’homme et Dieu, afin de les réunir.

d / – Jésus dit, « Je vais être glorifié. » Mais ce n’est pas tout. « Dieu sera glorifié en lui. »
Quelle étrange déclaration ! Comment Dieu peut-il être glorifié en Jésus ? La réponse se trouve encore dans la croix.

e / – Sur cette croix, Jésus nous révèle Dieu. Sur la croix nous voyons l’amour et la miséricorde de Dieu, la grâce et la justice de Dieu. Nous voyons la sainteté et la puissance de Dieu. Tout cela est manifesté sur la croix.

f / – Jésus est en train de nous dire, « A chaque fois que nous montrons au monde l’amour, la miséricorde et la grâce de Dieu dans nos vies, alors Dieu est glorifié par nous. »

Illustration :
Un prédicateur fut invité un jour à être l’orateur lors d’une retraite spirituelle. Quand il est arrivé au camp, le premier homme qu’il rencontre semblait petit et fragile. Sa première impression le concernant ne fut pas très bonne. « On dirait un gringalet, » pensait-il. Mais les premières impressions ne sont pas toujours les bonnes.
Ce prédicateur, ainsi qu’une trentaine d’autres, se sont donc retrouvés toute la nuit de vendredi et samedi. Ils ont parlé ensemble et ils ont prié. Ils ont partagé aussi leurs expériences et leurs témoignages. Et une chose étonnante lui est devenue apparente en écoutant ces hommes raconter leur histoire. C’est que lorsque ces hommes racontaient comment ils s’étaient convertis et avaient accepté Christ, presque tous sans exception, quelque part, dans leur témoignage, ils mentionnaient cet homme, petit et fragile en apparence.
Un jour ou l’autre, ce petit homme avait influencé chacun d’eux. Et le résultat c’est que Dieu a été glorifié.

g / – Et nous où en sommes-nous ? Cherchons-nous à nous glorifier nous-mêmes ? Ou cherchons-nous
à glorifier Dieu ? Nous passons là le premier examen !

II – Un amour inaltérable pour les uns et les autres

Deuxièmement : Jésus donne un commandement nouveau :

a / – V. 34 – « Je vous donne un commandement nouveau: Aimez-vous les uns les autres; comme je vous ai aimés, vous aussi, aimez-vous les uns les autres. A ceci tous connaîtront que vous êtes mes disciples, si vous avez de l’amour les uns pour les autres. »
La Parole dit que le monde saura que nous sommes chrétiens par l’amour…

b / – Non parce que nous avons mémorisé des textes de l’Ecriture, ou pour l’argent que nous avons donné.
Christ veut que ses enfants soient connus pour leur amour. Comment nous prenons soin les uns des autres.

c / – Entourer les gens en leur disant que Dieu les aime, malgré tout ce qu’ils ont fait et qu’il veut les aider.
C’est peut-être quelqu’un qui souffre d’avoir perdu un être cher.
Ou aider une famille complètement disloquée.

d / – C’est peut-être une pauvre fille qui arrive au milieu de nous et elle est enceinte. Vous allez l’entourer et l’encourager à porter l’enfant qui est en elle.

e / – A la fin du culte, on se précipite toujours vers les mêmes personnes, et nous formons des groupes. Le cercle est fermé… Avez-vous remarqué qu’il y a des personnes qui sont délaissées, isolées! Avez-vous remarqué qu’un tel n’est pas là, et qu’il est peut-être malade ?

III—Une loyauté inébranlable envers Jésus

Troisièmement : Jusqu’où va notre loyauté ?

a / – V. 36-38 – « Simon Pierre lui dit: Seigneur, où vas-tu? Jésus répondit: Tu ne peux pas maintenant me suivre où je vais, mais tu me suivras plus tard. Seigneur, lui dit Pierre, pourquoi ne puis-je pas te suivre maintenant? Je donnerai ma vie pour toi. Jésus répondit: Tu donneras ta vie pour moi! En vérité, en vérité, je te le dis, le coq ne chantera pas que tu ne m’aies renié trois fois. »

b / – Notre loyauté est-elle inébranlable et toujours présente ?
Dans Mat. 16, il est dit que Jésus « commença à faire connaître à ses disciples qu’il fallait qu’il allât à Jérusalem, qu’il souffrît beaucoup de la part des anciens, des principaux sacrificateurs et des scribes, qu’il fût mis à mort, et qu’il ressuscitât le troisième jour. »

. »Pierre, l’ayant pris à part, se mit à le reprendre, et dit: A Dieu ne plaise, Seigneur! Cela ne t’arrivera pas. Mais Jésus, se retournant, dit à Pierre: Arrière de moi, Satan! tu m’es en scandale; car tes pensées ne sont pas les pensées de Dieu, mais celles des hommes. » Mat. 16 : 21-22.

c / – On a l’impression que Pierre était toujours tenté par Satan, et Jésus était toujours en train de prier pour Pierre pour qu’il résiste aux tentations.
Pourquoi ? Qu’est-ce qu’il y avait avec Simon Pierre ?

d / – Quelqu’un devait marcher sur l’eau ? Me voici Seigneur !

. C’est lui qui voulait bâtir trois tabernacles sur la Montagne de la Transfiguration.
. C’était lui qui parlait toujours. C’était toujours lui qui était le premier à s’engager. C’était lui qui démontrait sa loyauté, du moins en paroles.

e / – Mais comme vous le savez, il y a une grande différence entre proclamer votre loyauté et la pratiquer.
Pierre proclamait souvent sa loyauté mais il n’était pas toujours disposé à la pratiquer.

. »Tu vas à la mort Seigneur ? Et bien si tu meurs, je vais mourir avec toi ! »

5 – C’est facile de dire : « Je mourrais pour le Seigneur. »

a / – Mais quand ils commencent à sortir les clous pour vous transpercer les mains et les pieds, là ça devient sérieux !

. »Pierre, veux-tu vraiment mourir pour moi ? Alors montre-moi combien tu es loyal. Avant que le matin n’arrive, tu m’auras renié non pas une, mais trois fois. »

b / – Tu veux m’être loyal ? Demande le Seigneur. « D’accord, Pierre, veille et prie avec moi. Je vais m’éloigner un peu dans le Jardin de Gethsémané pour prier. » Mais Pierre s’endort !
Tu veux m’être loyal, Pierre ? « Alors seras-tu toujours à côté de moi ? » Luc nous rapporte que lorsque les soldats ont saisi Jésus dans le Jardin, Pierre suivait de loin !

c / – Si vous suivez Jésus de loin, vous vous retrouverez dans le mauvais groupe. C’est ce qui est arrivé à Pierre. C’est là qu’on lui a dit, « Tu étais avec le Nazaréen ? »—- »Non ! Pas moi ! »

. Trois fois on lui pose la question, et trois fois il nie.

Illustration :
Une maman raconte que son petit faisait que la suivre derrière ses talons. Elle avait beau essayé de lui dire d’aller s’amuser, il riait de son air innocent et il continuait. Mais après avoir plusieurs fois fait mal à sa maman en lui marchant sur les orteils, elle perdit patience. Et elle lui demanda pourquoi il agissait ainsi ?
Il la regarda avec ses doux yeux gris verts et dit, « Tu sais maman, la monitrice m’a dit de marcher sur les pas de Jésus. Mais lui, je ne peux pas le voir, alors c’est derrière toi que je marche ! »

d / – Sommes-nous en train de suivre Jésus ?
Notre vie glorifie-t-elle Jésus ?
Sommes-nous loyal sans défaillance ?

e / – Combien souvent nous avons chuté. Mais Dieu nous dit, « Je veux néanmoins faire de toi mon disciple, marche et je vais t’enseigner et je vais t’aider ! »