Lecture : Rom. 3 : 10-19

Un jour, des scientifiques se sont assemblés et ont décidé que l’homme avait suffisamment progressé et n’avait plus besoin de Dieu.
Ils ont choisi un savant pour aller dire à Dieu qu’ils n’avaient plus besoin de lui. Le scientifique est allé vers Dieu et lui a dit : « Dieu, nous avons décidé que nous n’avons plus besoin de toi. Nous sommes arrivés au point qu’on peut clôner un homme et faire des œuvres miraculeuses ; Alors laisse-nous tout seul, et mets-toi de côté. »

—- Dieu écouta avec patience et gentillesse, et quand le scientifique eut fini de parler, Dieu lui dit, « Très bien ! Que peut-on faire ? Pourquoi ne pas faire un concours, à celui qui arrivera à faire un homme ? »

L’homme répondit, « D’accord, c’est super ! ». Mais Dieu dit, « Nous allons faire cela, de la même manière que j’ai fait autrefois avec Adam. » Le scientifique dit : « Bien sûr, pas de problème. » Et il s’abaissa pour prendre une poignée de la poussière de la terre… Dieu le regarda et lui dit, « Non ! Non ! Si vous voulez faire un homme, vous devez d’abord fabriquer votre propre terre. »

Cela nous est difficile à nous les humains de comprendre que nous ne pouvons pas nous passer de Dieu. Sans Dieu nous ne pouvons rien faire.

Notre difficulté, c’est que notre volonté propre doit se soumettre à la volonté de Dieu.
L’homme veut être le maître de son propre destin et diriger sa propre vie.

1 -La conclusion de Dieu.

« Il n’y a pas de juste, pas même un seul…etc. » 

Nous avons tous vécu selon nos idées, et le résultat… De la futilité

Nous avons essayé la pensée positive, et nous avons essayé aussi la pensée négative. Résultat, pas de solution… Nous n’arrivons pas à vivre selon le niveau de Dieu.

Je n’ai aucun pouvoir pour rectifier le mal que j’ai fait dans le passé, bien souvent je n’ai aucun pouvoir sur les circonstances du présent et je n’ai certainement aucun contrôle sur le futur !

Dieu, au contraire, peut me remettre sur les rails, en pardonnant le passé, en me fortifiant par sa grâce dans le présent et me donnant une espérance pour le futur.

2 – L’homme se dirige vers sa propre destruction !

Il y a en chacun de nous, une force mystérieuse, qui fait que nous voulons toujours être le centre du monde. Pour Paul, le péché est une force qui nous contrôle.

Si nous nous soumettons à sa force dominatrice, notre destruction est inévitable.

Revoyons Rom. 3 : 10 – 

Le péché est dans notre caractère….  » Il n’en est aucun qui fasse le bien »
Le péché est dans notre mental…. « Nul n’est intelligent »
Le péché est dans notre cœur…. « Tous sont égarés, tous sont pervertis »
Le péché est dans notre langue…. « Ils se servent de leur langue pour tromper »
Le péché est dans nos pieds…. « Ils ont les pieds légers pour répandre le sang »
Le péché est dans nos yeux….  » La crainte de Dieu n’est pas devant leurs yeux. »

Notre cœur déborde d’actions qui nous détruisent

Nous avons choisi de suivre nos propres voies. Es. 53 : 6 –  » Nous étions tous errants comme des brebis, Chacun suivait sa propre voie ; »

C’est le mal qui est à l’intérieur qui cherche à nous détruire. Jésus dit, « Car c’est du cœur que viennent les mauvaises pensées, les meurtres, les adultères, les débauches, les vols, les faux témoignages, les calomnies. Voilà les choses qui souillent l’homme. »

3 – Dieu sait très bien que nous n’arriverons pas à vivre correctement.

Rom. 3 : 20-24 –  » Car personne ne sera reconnu juste aux yeux de Dieu pour avoir obéi en tout à la loi ; la loi permet seulement de prendre connaissance du péché. Mais maintenant, Dieu nous a montré comment il nous rend justes devant lui, et cela sans l’intervention de la loi. Les livres de la Loi et des Prophètes l’avaient déjà attesté : Dieu rend les hommes justes à ses yeux par leur foi en Jésus-Christ. Il le fait pour tous ceux qui croient au Christ, car il n’y a pas de différence entre eux : tous ont péché et sont privés de la présence glorieuse de Dieu. Mais Dieu, dans sa bonté, les rend justes à ses yeux, gratuitement, par Jésus-Christ qui les délivre du péché. » F.C.

Il est impossible à une personne de vivre une vie parfaite, même avec de grands efforts… 

Elle ne peut vivre bien à 100 %.

Alors Dieu a trouvé un autre moyen pour nous rétablir comme il faut à ses yeux.

Illustration :

Imaginez une personne mourante qui rencontre Christ pour être jugé. Dieu lui dit : « Voici comment ça se passe. Vous avez besoin de 100 points pour pouvoir entrer au ciel. Vous me dites toutes les bonnes choses que vous avez faites, et je vous donnerai un certain nombre de points pour chaque chose, selon le niveau de bien qu’elle vaudra. Quand vous arrivez à 100 points, vous avez gagné votre entrée. »
Et l’homme répond, « D’accord. J’ai été marié à une seule femme pendant 50 ans et je ne l’ai jamais trompée, même dans mon cœur. » « Ça c’est merveilleux, » Dit le Seigneur, « ça vaut au moins trois points ! »
« Trois points ? » dit-il. « Bon, je suis allé à l’église toute ma vie et j’ai soutenu les ministères avec ma dîme et mon service. » « C’est formidable ! » dit le Seigneur. « ça vaut certainement un point. » « Un point ? »
« J’ai aussi mis en place un resto du cœur dans ma ville et j’ai travaillé parmi les sans-abris. » « Fantastique, ça, ça va vous valoir deux points de plus. » « Deux points ! » Cria l’homme. « A ce rythme le seul moyen pour moi d’entrer au ciel se sera par la grâce de Dieu. » « C’est ça, félicitations ! Vous avez réussi. »

« Dieu rend les hommes justes à ses yeux par leur foi en Jésus-Christ. Il le fait pour tous ceux qui croient au Christ. » V.22

4 – Le pouvoir pour vivre, se trouve en Dieu.

Nous, nous disons : « Ayez confiance en vous-mêmes et vous pourrez accomplir tout ce que votre cœur désire. »

Il est certain qu’une attitude positive vaut mieux que l’abattement ou la pensée négative.

Il y a un certain pouvoir dans la pensée positive. Mais il faudra plus que cela pour nous sauver.

On nous dit, « Souriez, et le monde va sourire autour de vous. »

Nous donnerons l’impression, que tout ce que nous avons à faire pour résoudre nos problèmes, c’est de développer la capacité de sourire face à toutes difficultés.

Certainement qu’un sourire rendra votre monde plus gai. MAIS un sourire n’a pas le pouvoir de résoudre vos réels problèmes.

5 – La solution serait-elle en pensant à ce qui est mal ?

Certains pensent que pour rendre le monde meilleur, il faut développer la capacité à diagnostiquer ce qui ne va pas chez l’homme et dans le monde.

Mais il n’y a aucun pouvoir dans la capacité à discerner ce qui est mal.

A ne voir que le mauvais côté vous devenez pessimiste. Si vous fréquentez trop souvent des gens semblables vous finissez par devenir sombre et triste. Vous ne croirez que cela.

L’adepte de la pensée positive pense que de penser positif et de travailler dur çela donne quelque chose. Celui de la pensée négative pense que la situation est sans espoir… Les deux ont raison. Mais les deux points de vue laissent le monde dans l’incapacité de plaire à Dieu.

Quand nous prêchons l’évangile, les gens qui sont devant nous, leur situation est sans espoir ! Mais nous devons être positifs et croire dans la puissance de Dieu qui transforme.

Ce n’est pas parce que nous sommes positifs que les gens vont changer, MAIS parce que nous croyons que Dieu a le pouvoir de ressusciter les morts…!!!

6 – Ce que Paul démontre par ces textes, c’est que l’être humain est entièrement dépravé ; il ne doit pas minimiser sa situation.

Le péché est comme le cancer. Certains cancers sont « Circonscris ». Ils peuvent être enlevés par opération chirurgicale.

D’autres cancers, sont « systémiques », répandus dans tout l’organisme. Il n’y a pas un domaine de notre vie qui ne soit touché… par ses effets dévastateurs.

Paul parle « de la bouche » et « des pieds ». Malade de la tête aux pieds.

Si l’homme ne reconnaît pas son état tel que Dieu le déclare, s’il minimise sa situation, il va rester pécheur et condamné.

Illustration :

Un avion de ligne colombien devait atterrir à New York. Il s’est trouvé en difficulté et le pilote dit au co-pilote de signaler aux contrôleurs du trafic aérien qu’ils étaient en situation d’urgence et demandaient la priorité pour atterrir. Mais le co-pilote a employé un mot plus faible qui minimisait leur cas, et les contrôleurs ne leur ont pas donné la priorité… L’avion était à court de carburant et s’écrasa…
Il aurait dit, « Nous aimerions bien que vous nous donniez la priorité… » Il aurait du dire, « Nous sommes en situation d’urgence, donnez-nous la priorité… » A ce moment-là on les fait passer avant tout le monde… Mais à cause du fait que ses paroles minimisaient la situation, l’avion s’est écrasé et il y eut 73 tués sur 159 passagers à bord.

Le V. 11- montre que les hommes veulent se passer de Dieu : « Nul n’est intelligent, Nul ne cherche Dieu »

Le V. 18 – « La crainte de Dieu n’est pas devant leurs yeux. »

Illustration :

Qui devrait être mis en cage ?

Le directeur du zoo de Détroit a embauché quatre nouveaux gardes pour la sécurité afin de protéger les animaux des hommes.

Durant les deux années passées, un bébé wallaby australien a quitté la protection de la poche de sa mère et a été lapidé à mort ; un canard est mort avec une flèche de chasse en acier – elle a transpercé sa poitrine ; La femelle d’un renne enceinte a avorté, bouleversée de peur après que des jeunes ont bombardé l’animal en lui lançant des pétards. Les visiteurs ont fait tomber des cigares allumés sur la tête et sur le dos des alligators, en riant des réactions des reptiles quand les cendres brûlaient leur peau. Finalement, l’hippopotame mâle du zoo est mort étouffé quand quelqu’un, au lieu de lui donner des cacahuètes comme il le demandait, a fait rouler une balle de tennis dans sa gorge.

C’est ainsi que les gardiens du zoo se demandent : Qui, en vérité, devrait être mis en cage ?