Lecture : Apocalypse 21/7-8

La Parole de Dieu cite ceux qui auront leur part dans l’étang de feu, et parmi eux… tous les menteurs ! Ceux qui sont vainqueurs sont nés de la vérité. L’utilisation du mensonge n’a jamais fait naître le bien, mais plutôt engendré la mort, la séparation, le déshonneur… Il y a les menteurs occasionnels, et ceux qui en font profession…

Les uns sont capables de mentir pour trouver une issue, pour se protéger, les autres sont des « pratiquants », ne pouvant plus discerner leur droite de leur gauche!

Mentir : c’est donner pour vrai ce que l’on sait être faux ! Le mensonge : c’est une affirmation contraire à la vérité.

Pour nous enfants de Dieu, la demi-vérité n’est qu’un mensonge qui fait son chemin. Il ne saurait être question de l’emprunter, elle tue à brève ou à longue échéance, mais elle tue ! Elle fait partie de la famille du mensonge, comme les occasionnels de « tous les menteurs ». A des religieux ayant la prétention d’être de la famille de ceux qui ont la foi et donc Abraham pour père, Jésus a répliqué :

« Vous avez pour père le diable… il est le père du mensonge… il a été meurtrier dès le commencement, il n’y a pas de vérité en lui… «  (Jean 8/44 à 46).

Lorsque le nom d’Abram a été changé en Abraham, Dieu lui dit : « Marche devant ma face, sois intègre ». Ainsi, d’un père élevé, il devient le père avec pour héritiers ceux qui croient en la vérité de Dieu. Nous ! enfants de Dieu, nous avons un Père céleste, nous sommes nés de la vérité, la vérité nous a affranchis du péché ! Aujourd’hui, nous pouvons encore naître de la vérité.

Un frère me disait : « J’étais le roi des menteurs, je rendais tout le monde malheureux et particulièrement ma famille… » Aujourd’hui, Jésus en a fait une nouvelle créature. Si le mensonge me tient, Jésus veut m’en délivrer, il en a le pouvoir.

« Éternel, délivre mon âme de la lèvre mensongère, de la langue trompeuse ! » (Psaume 120/2).

Fayçal ABDELAZIZ