Lecture : Luc 2/25 à 32

Siméon signifie « celui qui écoute favorablement ». Avant d’être poussé par l’Esprit, cet homme est attentif à la voix du Seigneur. Il a le souci de l’obéissance. En grec, le verbe écouter se dit « akouô » et se décline sous deux formes principales :

1. « Hupakouô » qui signifie « écouter dessous, obéir ».

Il s’agit ici d’incliner son oreille et son cœur en signe de soumission pour accepter l’autorité de la Parole de Dieu dans sa vie.

2. « Parakouô », qui signifie « écouter à côté, désobéir ».

Je me place alors à côté de la Parole de Dieu. Je m’en écarte, lui préférant mes idées propres, mes raisonnements égoïstes.

Ce qui favorise l’action du Saint-Esprit chez Siméon, c’est son écoute ajoutée à son obéissance. Aussi, il n’est pas étonnant qu’il soit :

• « Un homme juste et pieux ». Une autre traduction donne : « un homme juste et d’une piété profonde et sincère ». Une piété qui ne doit dépendre ni des circonstances pénibles de la vie, ni de mon humeur du moment.

• « Attendant la consolation d’Israël ». Son attente n’est certainement pas passive, mais bien plutôt active et joyeuse ! Comment attendons-nous la venue du Seigneur ? Qu’il y ait chez moi du zèle et une réelle consécration qui, ensemble, disent « Maranatha, viens Seigneur ! »

• « Poussé par l’Esprit ». Siméon n’était pas dirigé au gré de sa propre fantaisie du moment, mais il dépendait seulement de la direction du Saint-Esprit.

Comme Jésus, Siméon et tant d’autres, laissons encore et toujours le souffle du Saint-Esprit gonfler la voile de notre barque !

Pierre DREVON