Lecture : Matthieu 28/1-7

La scène décrite par Matthieu est une image, avant l’heure, du partage de l’humanité, à la “fin des temps”. Ici, les gardes païens ont été chargés de veiller sur le tombeau.

Il fallait prouver que le passage de Jésus sur la terre n’était qu’une aventure sans lendemain. Il est bien mort… il ne peut plus rien… c’est une folie de lui rester attaché ! Par contre, les femmes, malgré l’évidence, manifestent spontanément un élan d’amour vers Jésus. Que voient-elles ? D’une part, des gardes frappés de terreur, “comme morts”. D’autre part, un ange qui vient les rassurer : “Pour vous ne craignez pas !” A la fin des temps, la même scène se renouvellera :

“Je viens bientôt… dira Jésus pour rendre à chacun selon ce qu’est son ouvre”… “Dehors… quiconque aime et pratique le mensonge”, ceux qui n’auront pas cru à la bonne nouvelle du salut éternel (Apocalypse 22/12-15).

“Ils rendront l’âme de terreur” (Luc 21/26).

Mais,

“Heureux ceux qui ont le droit d’entrer par les portes dans la ville”, la Jérusalem céleste. Et qui sont-ils ceux-là ? Reprenons les paroles de l’ange : “Vous qui cherchez Jésus qui a été crucifié”… vous qui l’avez reconnu mourant pour vos péchés… vous qui vous êtes repentis… vous qui le suivez fidèlement… vous qui portez son opprobre, “pour vous, ne craignez pas… il vous a précédés” dans la cité éternelle… “c’est là que vous le verrez”. “Voici, je vous l’ai dit”.

Aujourd’hui, amis lecteurs, il est temps pour vous de décider : pour ou contre Jésus ! Votre sort éternel dépend de ce choix fondamental !

Jean DUPOUY