PLAN DE LECTURE QUOTIDIENNE :
Jean 11/28 à 54 ; 2 Chroniques 6/12 à 42 ; Ezéchiel 30/20 à 31/18
———————————–

Lecture : Matthieu 7/1 à 5 et 1 Corinthiens 6/1 à 5
“NE JUGEZ PAS… JUGEZ !”

Il est courant d’entendre dans nos églises : « La Bible dit qu’il ne faut pas juger ! » Et on en reste là, croyant « avoir fermé la bouche » à notre interlocuteur, en connaisseur de ce que la Bible enseigne. Or la Parole de Dieu déclare d’une part : qu’il ne nous appartient pas de juger (Matthieu 7), et d’autre part que c’est nécessaire.

Mais juger qui ? quoi ? comment ? Il est question ici du jugement du cœur envers notre prochain, des mobiles des hommes que nous ne connaissons pas. Dieu seul connaît le cœur de l’homme, toutes ses pensées, toutes ses dispositions. Lui seul sonde le cœur humain (Jean 2/23-25). Mais, nous ne sommes ni aptes à juger la conscience d’autrui, ni capables de le faire. Voilà la pensée de Dieu. C’est là qu’il nous faut être sages, prudents et miséricordieux.

Maintenant, quel jugement sommes-nous capables de faire dans l’amour ? C’est un jugement sur les actes, sur les attitudes et les comportements (1 Corinthiens 5/3-12).

Nous devons également juger de notre attitude au moment de la Sainte Cène (1 Corinthiens 10/15-17).

La Sainte Cène doit être pour l’authentique chrétien une bénédiction. Mais prise sans réel discernement, sans réelle compréhension de son contenu (1 Corinthiens 11/28), elle peut attirer un jugement sur notre vie (1 Corinthiens 11/30-34).

Enfin, nous devons nous placer aussi souvent que nécessaire aux pieds de Jésus, pour nous juger nous-mêmes devant lui, pour savoir si nous sommes toujours dans la foi (2 Corinthiens 13/5-6).

Voilà la vérité et l’équilibre biblique !

† Jean ÉRARD