Lecture : Luc 22/52 à 53

Sur un cadran solaire d’une ville des Alpes Maritimes, on peut lire : « Je ne marquerai que l’heure des beaux jours ». En effet, sans soleil, le cadran ne peut marquer les heures ! Au cadran des heures de la vie, il y a des heures plus sombres que d’autres, et on aimerait, parfois, ne pas avoir à les « marquer ». Jésus parle de l’heure des ténèbres. C’est quand l’heure des ténèbres ?

• Au moment de la tentation (Apocalypse 3/10 ; 1 Corinthiens 10/13). Quel passage difficile dans la vie de chacun ! Résister et tenir ferme, ou succomber !

• Quand nous sommes surpris par le malheur. L’image du voleur survenant de nuit illustre tragiquement ce fait, ou encore la flèche qui nous atteint à l’improviste (Psaume 91/5). Angoisses et craintes l’emporteront-elles sur nos âmes ?

• Dans l’épreuve et la souffrance (Jacques 1/12 et 5/11) où comme Job, nous ne savons plus que penser, que faire, que croire !

• Lorsque la mort approche !

Face à cette « heure des ténèbres » que nous enseigne le Seigneur Jésus qui en a connu la réalité, et qui a su en triompher ? Il dit :

« Veillez et priez en tout temps, ayant la promesse que Dieu sait délivrer de l’épreuve les hommes pieux ».

La piété est indispensable à nos vies, elle est nécessaire aux beaux jours, et elle est notre force aux jours sombres. Aujourd’hui, tandis qu’il fait jour, fortifiez-vous dans la grâce qui est en Jésus-Christ.

Thierry SUJOL