Lecture : Galates 5/22

La paix de Dieu et le Dieu de la paix (Esaïe 9/5 ; 1 Corinthiens 14/33).
• La paix de Dieu n’est pas : la paix des hommes  (1 Thessaloniciens 5/3),  de l’optimisme, de l’inconscience, de l’insouciance…
• Jésus est appelé « Prince de la paix ».
• La paix avec Dieu : c’est la fin du conflit spirituel qui nous opposait à Dieu, à cause du péché qui nous habitait ; c’est aussi la fin de la crainte du jugement ; c’est la fin du sentiment de culpabilité.
• La paix liée à la délivrance du passé : c’est la fin de nos conflits avec notre passé (remords, rancunes, fautes…).
« Les choses anciennes sont passées » dit la Bible.
• La paix face au présent et à l’avenir : c’est la fin de la peur de l’échec, du malheur, de la maladie, de la peur de manquer, de la peur de la mort, de la peur de l’au-delà.

« Le Seigneur est mon aide, je ne craindrai rien » (Hébreux 13/6).

• La paix dans nos relations mutuelles (par un cœur simple, humble, dénué de suspicion, par le pardon). (2 Corinthiens 13/11). En quoi consiste notre part ?
• Aimer et rechercher la paix (1 Pierre 3/11 ; Hébreux 12/14).
• Recevoir la paix : La paix de Dieu se reçoit. Jésus a dit :

« Je vous laisse la paix,  je  vous  donne  ma  paix » (Jean 14/27).

• Procurer la paix (littéralement : être des artisans de paix ; Matthieu 5/9 ; Romains 10/15).
• Protéger et garder notre paix :

« Il y a des gens qui vous troublent » (Galates 1/7).

Les Galates n’avaient pas su protéger leur paix en Jésus. Que la paix de Dieu vous soit multipliée.

Jean-Marc TCHERKECHIAN