Lecture :Deutéronome 32/1 à 6

Dans ce magnifique chapitre, intitulé : « Cantique de Moïse », l’homme de Dieu proclame la fidélité du Seigneur et la perfection de ses intentions et de ses actes. D’emblée, il tient à faire remarquer que si le peuple juif s’est détourné de la loi divine et s’est corrompu, se privant ainsi de bénédictions, Dieu n’en est pas responsable (Deutéronome 32/5).

L’apôtre Paul, animé par le même Esprit, lancera cette éloquente interjection qui interpelle forcément tous les croyants :

« Eh quoi, si quelques-uns n’ont pas cru, leur incrédulité anéantira-t-elle la fidélité de Dieu ? Loin de là ! (Romains 3/3-4).»

A juste titre, nous croyons à la fidélité de Dieu : toute la Bible en parle. Nous pouvons donc compter sur lui, dans tous les domaines et en toutes circonstances. Il est salutaire de s’en souvenir.

« Il est beau ou bon, dit la Bible, d’annoncer la fidélité de Dieu pendant les nuits de l’adversité (Psaume 92/3).»

Au milieu des « lamentations » totalement justifiées, Jérémie sait le reconnaître :

« Oh ! s’écrie-t-il, que ta fidélité est grande ! (Lamentations de Jérémie 3/23»).

C’est là le langage de la foi.

André PINGUET