Lecture : Luc 15/11 à 24

Il est clair que c’est à partir du moment où il rentre en lui-même que ce fils insensé et ingrat réalise sa misère et son péché.

C’est là, dans la réflexion, dans un examen sérieux et sincère de sa misérable existence, qu’il reçoit la lumière et la révélation de sa seule responsabilité dans sa vie dégradée, aventureuse et misérable.

C’est en s’arrêtant, c’est en prenant le temps de réfléchir sérieusement et de s’examiner sans aucune concession que la lumière divine pénètre dans son cœur et que son indignité lui apparaît enfin clairement. Son intention de repentance le place déjà sur la bonne voie : la voie du retour, la voie du pardon.

C’est dans son cœur que sa décision se fait : « J’irai vers mon père… et je lui dirai… ». C’est arrêté ; reste à accomplir le passage à l’acte, comme on dit si souvent.

« Et il se leva… et alla vers son père… ».

Puis c’est la repentance, la vraie, une repentance profonde par le Saint-Esprit. C’est la joie, le bonheur du papa, celui du garçon, et sa réhabilitation.

Une remarque : Il se leva… C’est l’ordre donné par le Seigneur dans sa Parole. C’est peut-être pour vous aujourd’hui ? Levez-vous, soyez prompt dans l’action pour faire la volonté de Dieu ! Vous repentir ! Vous convertir ! Être réconcilié avec Dieu le Père céleste ou faire le pas que vous savez devoir faire… !

Jean ERARD (†)