Lecture : Josué 1 /9   

Le désespoir, c’est le contraire de l’espoir. Bien des gens sont désespérés pour des causes diverses : maladie, infirmité, foyer brisé, solitude, vieillesse, chômage, etc. Le désespoir vient quand on n’aperçoit plus de délivrance possible ; quand on ne voit pas comment on va pouvoir « s’en sortir » ! Il y a des degrés différents dans le désespoir et les réactions des hommes ne sont pas les mêmes ; les uns chercheront à oublier dans le plaisir ou l’alcool ; d’autres endurciront volontairement leur cœur et chercheront à devenir indifférents ; d’autres enfin, n’auront plus le courage de vivre… On trouve le désespoir, aussi bien chez les jeunes que chez les personnes âgées… c’est un mal profond, plus répandu qu’on ne le pense… Il y a un remède au désespoir : il s’appelle l’espérance.

L’espérance est plus qu’un vague espoir. L’espérance est déjà une certitude : l’espérance est sœur de la confiance, c’est-à-dire de la foi. La Bible parle souvent d’espérance et de foi. Elle appelle même Dieu le « Dieu de l’espérance », c’est-à-dire qui crée l’espérance dans les cœurs les plus abattus et qui réalise les conditions d’un changement radical et profond.
Mettez votre confiance dans le Dieu de la Bible, vivant et vrai. Déchargez-vous sur lui de vos soucis, en le priant sincèrement.

Lisez les promesses du Seigneur dans la Bible. L’espérance naîtra en vous et vous aurez une nouvelle vision de la vie. Ce sera comme un miracle de Dieu pour vous. Ne laissez plus le désespoir vous dominer, dans quelque mesure que ce soit, mais plutôt, vous-même par la foi, dominez votre situation et prenez courage ! Jésus a dit :

« Je suis avec vous tous les jours ».

André PINGUET