Lecture : Jérémie 29/7

Dès le commencement de la civilisation humaine, les villes sont devenues très rapidement des symboles d’impureté, d’orgueil, d’incrédulité, de violence, de rythme de vie effréné. Ésaïe décrit la ville de Jérusalem comme suit :

« Ville bruyante, pleine de tumulte, cité joyeuse ! (Ésaïe 22/2) ».

Nos « Babel » modernes aux gigantesques bâtiments élancés narguent le ciel en affichant orgueilleusement leur apparente puissance. Nos villes, telle « Babylone, la grande (Apocalypse 14/8) » abritent des hordes de démons poussant les multitudes aux pires abominations.

Elles se dressent contre l’autorité de Dieu comme d’impressionnantes forteresses imprenables. Comme ce fut le cas pour Sodome et Gomorrhe, le verdict de Dieu sur nos villes ne saurait tarder. Les accusations contre les habitants sont graves,

« leur péché est énorme (Genèse 18/20) ».

Faut-il alors que tous les chrétiens quittent les villes ? Bien sûr que non ! Vivons dans nos villes en étant libérés de l’esprit de la ville.

Le Seigneur veut nous y bénir (Deutéronome 28/3).

« Recherchez le bien de la ville où je vous ai menés en captivité, et priez l’Éternel en sa faveur (Jérémie 29/7) ».

Prions pour ceux qui ont le pouvoir de décision au sein de nos cités : les maires, les préfets, les conseils municipaux.

Prions pour les entreprises et leur personnel, n’oublions pas les centres hospitaliers, les prisons, les policiers, les pompiers, les écoles, les associations diverses. Nous ne jugeons pas, mais nous bénissons nos villes dans le nom de Jésus, afin qu’elles soient visitées par la puissance de l’Esprit. Jonas aurait voulu éliminer Ninive avant l’heure ; quant à Jacques et Jean, « Que le feu du ciel tombe sur Samarie ! » dirent-ils. Bien des choses nous irritent, c’est vrai, et, comme pour Lot qui ne supportait plus les abominations de Sodome, notre âme est, elle aussi, plus d’une fois tourmentée.

Cependant, loin de vivre en vase clos, en jouissant égoïstement de notre salut, nous voulons briller, au sein de nos villes enténébrées, de la lumière de Christ. Œuvrons pendant qu’il fait encore jour ; la tâche est immense, Dieu veut sauver nos villes.

Daniel BODOLEC